samedi 14 mars 2009

Samedi, ça me dit de ne (presque) rien faire...


"Ah m'asseoir sur un banc cinq minutes avec toi
Et regarder les gens tant qu'y en a
Te parler du bon temps qu'est mort ou qui r'viendra..."

Mistral gagnant - Renaud

13 commentaires:

  1. @ Christophe : Il faut bien, cher Christophe, que quelqu'un se charge du sale boulot ! Je possède un sens inné du sacrifice ultime...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. De toutes façons la place sur le banc à côté de toi est déjà réservée à WouWei qui s'est positionné comme prétendant...

    RépondreSupprimer
  3. @ Pierre : Mon coeur n'est ni pris ni à prendre. Je suis outrancièrement sourcilleuse sur ma liberté. Sous toutes ses formes.
    :)

    RépondreSupprimer
  4. Outrancièrement, c'est sûr ! On ne perd pas nécessairement sa liberté à deux. Ou alors j'en ai pas encore pris conscience...

    RépondreSupprimer
  5. @ Yves : Et comment qu'on le dit ! On l'écrit même. Pire, on le pense !
    :)

    @ Hacène : Je n'ai pas tout à fait dit que je perdrai ma liberté à deux. J'ai juste dit que j'étais sourcilleuse sur ma liberté. Nuance... subtile certes, mais nuance !
    ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Je n'aime pas Renaud...c'est grave docteur?

    Vu l'état du banc, j'aurais pensé aux feuilles mortes.

    RépondreSupprimer
  7. @ René Jacquot : Aucunement. Soyez rassuré, votre cas est tout à fait normal. Je vous avoue avoir pensé aux "Feuilles Mortes", mais elles étaient encore plus tristes que ce "Mistral Gagnant". Je ne voulais pas susciter une vague de suicides dans les chaumières. Surtout un samedi soir sur la terre.

    RépondreSupprimer
  8. Et ce soir, toutes les chansons pleurent.

    RépondreSupprimer
  9. @ Christophe : Il n'y a pas que les chansons qui pleurent...
    (:-(

    RépondreSupprimer
  10. Une autre chanson qui pleure... Serge Gainsbourg "Comment te dire adieu" :

    Sous aucun prétexte,
    Je ne veux
    Avoir de réflexes
    Malheureux
    Il faut que tu m'ex-
    pliques un peu mieux
    Comment te dire adieu...
    Mon coeur de silex
    Vite prend feu,
    Ton coeur de pyrex
    Résiste au feu...
    Je suis bien perplexe,
    Je ne veux
    Me résoudre aux adieux.
    Je sais bien qu'un ex-
    Amour n'a pas de chance,
    ou si peu...
    Mais pour moi une ex-
    plication voudrait mieux...
    Sous aucun prétexte,
    Je ne veux
    Devant toi surex-
    poser mes yeux...
    Derrière un kleenex,
    Je saurais mieux
    Comment te dire adieu...
    Tu as mis a l'index
    nos nuits blanches, nos matins gris-bleu...
    Mais pour moi une ex-
    plication voudrait mieux...
    Sous aucun prétexte,
    Je ne veux
    Devant toi surex-
    poser mes yeux...
    Derrière un kleenex,
    Je saurais mieux
    Comment te dire adieu
    Comment te dire adieu
    Comment te dire adieu...

    RépondreSupprimer
  11. @ ramses : Notre patrimoine de chansons est si riche qu'il semblerait que chaque émotion humaine puisse être illustrée par un refrain et quelques belles paroles plaquées dessus à l'or fin de nos souvenirs...

    RépondreSupprimer