jeudi 5 mars 2009

Une vie, c'est quoi ?

Une vie, c'est quoi ?


Un temps à tuer ? Un vide à remplir ? Une mission à découvrir ? Un chemin à parcourir ? Un labeur de tous les instants ? Un jeu de l'oie dont on a perdu les dès ? Un malentendu mal entendu ? Une échéance à reculer ? Une délivrance à attendre ? Une telenovella ringarde ? Un parcours du combattant ? Une ascension avec des camps de base successifs vers la connaissance de son être ? Une plongée par pallier vers le tréfonds de soi-même ? Une partie de flipper dont nous serions la boule ? Un rêve d'un dormeur qui serait nous en différent ? Une succession d'illusions d'une irréalité à laquelle nous participons tous ? Une pièce tragicomique dont nous ne connaîtrions que l'épilogue ? Une course aux mirages ? Une chasse au trésor ou à cour ? Un jeu de rôles drôle ou de dupes ? Une succession de cycles terminée par une crevaison ? Un poème dont on essaye vainement d'effacer le point final ? Un rallye dont le pilote est parti à la recherche de son copilote ? Un concours de danse marathon qui achève de lassitude ses bourrins ? Une simple étape d'un parcours qui nous dépasse ? Une illusion d'une immortalité rassurante ?


Qu'est-ce que j'en sais, après tout ?

Mais peut-on définir la vie ? Et faut-il la définir, du reste? Ne suffit-il pas juste de l'accepter. Pour le meilleur et le... rire ?

38 commentaires:

  1. J'aime bien cette liste en tout cas.
    Et je retiendrai plus volontiers qu'elle est une ascension avec des camps de base successifs vers la connaissance de son être...

    RépondreSupprimer
  2. @ Jub : Es-tu déjà à l'altitude où le manque d'oxygène se fait ressentir ?
    ;)

    RépondreSupprimer
  3. Psychocouaksecailleaparistoday5 mars 2009 à 11:16

    Quel intérêt de vouloir la définir, la qualifier ? Est-ce que cela nous permettrait de lui donner un sens ? de nous rassurer ? certainement

    A mon avis c'est un peu de tout ce que tu évoques mais in fine, la vie c'est à prendre ou à laisser

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la vie nous console de la mort..
      anais

      Supprimer
  4. @ Psychoréchauffetoi : "A prendre ou à laisser"... euh... la plupart des gens ne choisissent ni de la laisser ni de la prendre. Ils la subissent. "Vivement la retraite !" "Vivement les vacances !" "Vivement demain !"... la vie leur semble un adversaire étrange et étranger avec lequel il faut soit se battre, soit se rendre accommodant.

    RépondreSupprimer
  5. Psychorêvedevacancesausoleil5 mars 2009 à 11:40

    @Christinabuchodonosor,

    Je pensais à : la prendre comme elle est et esayer defaire avec ou bien la subir sans rien faire

    Quand est ce que tu organises un café-philo dans un bar sympa ?

    RépondreSupprimer
  6. @ Psychoaraisonderêverdevacancesausoleil : Ou la regarder avec un détachement serein ? Les paupières forcément mi-closes (à cause du vin, de la chaleur et de la sérénité)
    Pour le café-philo, il faut d'abord boire puis philosopher ensuite. L'ordre est très important pour ce genre de manifestation.

    RépondreSupprimer
  7. Psychocouakquonendise5 mars 2009 à 12:18

    @Cristinareali

    Bien d'accord !
    Je te défie de réécrire cette note sous influence !
    Et tes bandes dessinées ! remisées ?
    Et ton roman ?

    RépondreSupprimer
  8. @ Psychocouakquonenpense : La plupart de mes écrits sont sous influence spiritueuse, à défaut d'être sous influence spirituelle...
    Mais je retiens ton conseil. J'essaierai prochainement d'écrire une note... "spéciale" !
    Mes patates ? 'Tain, vla qu'j'les avais oubliées ! Elles doivent être archicuites... Bonne idée, coach, j'vais en repondre !!!
    Le roman : bah... là... ça craint... faut que je me botte les fesses... vraiment... pfff... je sais...
    :(

    RépondreSupprimer
  9. chercher son chemin pour remplir sa mission en attendant l'échéance je pense...
    Je ne pense pas que l'on puisse définir la vie même si nous avons tous un moment de "questions sans réponses"... je suis en plein dedans...

    RépondreSupprimer
  10. et en me relisant, je me contredit :) preuve que je me pose beaucoup trop de questions... c'est grave docteur?

    RépondreSupprimer
  11. @ dokinoupatientpatient : Ce n'est pas grave, c'est juste salutaire ! Réfléchir est certes devenu de nos jours une activité marginale voire folklorique, mais cela évite de passer à côté d'un trésor caché. Et n'écoutez surtout pas ceux qui vous disent que vous vous torturez le cerveau. Une réflexion positive et dynamique n'a jamais fait de mal au moindre neurone. Bien au contraire...

    RépondreSupprimer
  12. Un jour j'ai écris la vie c'est de la pâte à modeler...Et puis on est venu me dire que Sartre l'avait dit bien avant moi...sic.

    "Un concours de danse marathon qui achève de lassitude ses bourrins" j'aime bien :-)

    RépondreSupprimer
  13. @ Fish : Tu dois avoir raison. Il y a longtemps que je pense que ma vie, c'est du Wallace et Gromit...

    RépondreSupprimer
  14. " La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie. " (Malraux)

    RépondreSupprimer
  15. Christophe > Sur un air de Souchon alors, parce que le père Malraux dans le genre rasoir...

    RépondreSupprimer
  16. @ Christophe : La condition humaine... cela me rappelle l'école.. Quant à la phrase, c'est clair qu'elle tient la route, surtout dans les tournants de nos vies...

    @ Fish : Souchon, c'est simple : je l'adore ! Il dit des choses essentielles, l'air de rien... Je me souviens de l'avoir entendu une heure en interview : je me suis régalée. De l'intelligence, de l'humour (l'un va souvent avec l'autre), de la modestie, de l'humilité. Peut-être as-tu vu il y a quelques mois une émission sur France 2 (ou 3) qui lui était entièrement consacrée. Un moment de grâce dans le paf.
    Tu la voyais pas comme ça ta vie..

    RépondreSupprimer
  17. Pour vous dire que je l'aime, la souche :

    http://leblogdechristina.blogspot.com/2008/12/la-souche.html

    RépondreSupprimer
  18. Peut-on s'interroger sur la vie sans se demander ce qu'il y a après ?

    RépondreSupprimer
  19. Vous savez de nos jours, une existence superficielle est indispensable a la tenue d'une vie "sociale" correcte.
    Les temps ou la vie (et son sens) était rythmée par la douce melodie de l'alternance des saisons fait parti d'une autre époque. Jadis, les gens avaient un rapport tres important avec la nature du fait de leur mode de vie "agricole".
    De nos jours, la seule maniere de se rattacher a la terre est d'effectuer des activites proches de la nature (jardinage, observer la mer..), au contact des animaux (monter son cheval, balades en forêt, fermes..), des activités que l'on peut qualifier de naturelles et en adéquation spirituelle et physique avec notre environnement empirique.

    A côte de ceci, il est vital de ne pas subir ce systeme et d'être soi-même maître de sa propre destinee superficielle. Esprit d'entreprise (facilité par notre systeme économique), motivation, courage devraient être les mots cles et conducteurs de chacun d'entres nous pour posseder les ressources matérielles nécessaires afin de pouvoir s'extraire du quotidien stérile partagé par tous les pauvres "esclaves" du systeme. Ceci nous permet d'agir sur notre propre destinée et permet la conservation intacte de notre libre arbitre.

    L'alliance entre la notion superficielle (dîners, apparences..) et la premiere (naturelle, attaché a la terre..) me semble être un bon compromis ; mais j'oublie a cet instant la nécessite de se plonger dans les livres de nos aînes afin d'ouvrir son champ culturel qu'il faudrait caler dans la premiere notion afin de garder une exteriorite quotidienne sur le deroulement de nos actions..

    RépondreSupprimer
  20. La vie, c'est un peu tout ce que tu décris, y compris les rires et les larmes... Mais tu n'es pas à l'heure de l'épilogue... Tu viens juste de terminer la préface... La route est longue, Christina... Si tu te poses toutes les questions aujourd'hui, que restera t'il pour demain ? J'aime le compromis de Louis... Retour aux sources le plus souvent possible, pour mieux réengager le fer. Quand viendront les "années courtes", tu auras tout le temps de faire des bilans. En attendant, fonce...

    RépondreSupprimer
  21. @ yscn : On peut toujours se demander ce qu'il y aura après, on ne le saura jamais "avant"... mais tu as raison, l'après fait partie intégrante du pendant. Bonnes cogitations !
    ;)

    RépondreSupprimer
  22. @ Louis : Vos propos sont d'une pertinence chirurgicale. Ils me semble émaner d'un esprit clair, éclairé et de ce qu'on appelait jadis "un honnête homme". Je n'aurais pas su mieux dire. C'est juste cela !

    @ ramses : Tu sais, j'ai toujours trituré (pas torturé, hein ?) mon esprit pour essayer de voir le non visible, de toucher le non palpable, d'entendre le non audible et de sentir le non olfactif... cela me conduit sur des chemins de montagnes russes souvent bien paumés. Mais, vois-tu, je les préfère mille fois aux autoroutes des pensées préfabriquées au tout le monde se glorifie de mener sa vie tambour battant dans une ligne droite où il leur semble interdit de faire demi-tour.
    Alors oui, la route peut être longue, mais qu'elle soit surtout magnifique et qu'elle demeure "ma" route. Je n'achèterai pas de gps dans le commerce. Il me suffira de regarder mon étoile...
    :)

    RépondreSupprimer
  23. Louis, je souscris totalement. C'est l'orientation que je donne à ma vie, tant bien que mal...

    RépondreSupprimer
  24. @ Hacène : Louis, c'est mon nouveau coach !
    ;-)

    RépondreSupprimer
  25. Pouf pouf.
    La vie ? Exactement ça : que des questions, pas de réponse.

    RépondreSupprimer
  26. @ Caillou : Et finalement, à quoi bon se poser toutes ces questions ? Une vie sans questions, serait-elle si insupportable ? Tsss... encore une question !
    :)

    RépondreSupprimer
  27. Toutes tes propositions de définitions pourraient convenir, à différentes personnes à différents moments. Pour ma part, c'est celle du "malentendu mal entendu" qui retient mon attention. Elle me convient sûrement.
    Very well done.

    RépondreSupprimer
  28. @ 9volter : Une vie peut marcher sur un malentendu. Mais la probabilité est ténue. Longue vie à ton blog !

    RépondreSupprimer
  29. Il y a un point également a relever s'agissant du (non)-sens reel ou fictif concernant la definition que chacun donne sur sa vie (ses aspirations ou ses valeurs) : est-elle erronnée ou au contraire en harmonie avec la quête de "Sens" que chacun devrait rechercher pour son être ?

    Ce point qui me semble important peut être illustré par un exemple concernant la population que l'on peut croiser aux entractes des opéras et dans les programmations que ce soit a garnier/bastille ou bien dans les opéras de province.

    D'abord vous avez des metteurs en scenes empreints de gloriole comme l'histrion nommmé Warlikowski (et consort) qui nous a affligé avec son Parsifal qui a fait grand bruit l'an passé pour son total hors sujet par rapport a l'une des oeuvres majeures du répertoire Wagnérien !

    Quand vous observez ensuite d'un oeil circonspect un tonnerre d'applaudissements pour une telle mise en scene, vous êtes en droit de vous interroger sur la nature de la culture musicale possedée par le public qui semble n'avoir rien compris a l'histoire ! ou cela provient de l'inculture manifeste de l'assistance qui semble croire que cette interprétation etait celle que Wagner voulait laisser entendre ! Erreur fatale (et impardonnable) !

    Ce bref exemple vous montre que l'on peut faire croire aux gens un "sens" pour une chose (une oeuvre, une vie ..). Ils y croivent avec force et ne remettent pas l'interpretation en cause alors qu'elle peut être completement decalée par rapport a la réalite de l'évenement.

    Par conséquent, on peut tres bien avoir cru vivre une vie pleine de sens par rapport aux dire de nos interlocuteurs et de notre environnement quotidien mais qui en réalite était d'une telle superficialité intellectuelle qu'elle annihilerait toutes considérations sur son être si on ouvrait les yeux a cette population pleine de certitude et de préjugés (population d'âge avancé).

    Alors qu'un jeune tente quelque fois de palabrer sur ce point avec ces gens la, vous êtes tellement deconsideré et prit de haut que c'est presque ... mission impossible !

    RépondreSupprimer
  30. A supposer que toutes les questions soient résolues, les problèmes de notre vie demeurent intacts.

    RépondreSupprimer
  31. @ Caillou : La réponse à certaines questions peut aussi changer nos perspectives et notre façon d'appréhender "les problèmes de nos vies". Les prismes peuvent être modifiés et à partir de là, les "problèmes" le sont également. Tout est affaire de perception...

    RépondreSupprimer
  32. Dans ma p'tite tête, cette affirmation dessine la limite du langage et pose l'origine du vertige de l'être..
    ( pour le reste, je suis d'accord, bien entendu ;-)

    RépondreSupprimer
  33. Une mission à découvrir
    Un chemin à parcourir
    Une ascension avec des camps de base ...
    Une chasse au trésor

    Je suis d'accord avec ce que tu écris là et plus encore avec la notion de karma

    RépondreSupprimer
  34. est ce ke peux avoir t msn?

    RépondreSupprimer
  35. Quand on est jeune on se croit éternel ,on est heureux puis plus on avance dans la vie moins on la comprend , tout se dégrade .
    Nous nous sommes fait avoir ?
    si j'aurai su je serai pas venu
    Dom

    RépondreSupprimer
  36. si la vie a bien une signification elle toute simple elle ce definie on 4 mots le premier le plus importent c'est l'amour puis viens le bonheur(la joie) une famille et enfin la reussite

    RépondreSupprimer
  37. la vie c l'amour de ma vie

    RépondreSupprimer