jeudi 18 décembre 2008

De la prévisibilité et de l'art de la fuite

Un titre pascalien. Rien que ça. "Petite prétentieuse, va ! Pfff !!!"

Ok. Mais mon petit plaisir égotique, vous en faites quoi ? A l'aise, Blaise, que je vais m'engouffrer vers ce grand n'importe quoi qui est en passe de devenir ma marque de fabrique. Vais me gêner.

"De la prévisibilité et de l'art de la fuite", donc ! (et ziva, repasse une couche, en gras en plus !)

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'ai toujours été bluffée par la prévisibilité du comportement de ce bipède au cerveau développé et aux doigts préhenseurs (clin d'oeil appuyé à anti et Anna). Oui , il s'agit bien de l'espèce à laquelle tu appartiens, cher lecteur égaré. La mienne aussi. Je sais.

Dès mon enfance, cette prévisibilité m'a sauté aux yeux. A la gorge. A la conscience. Prévisibilité donc. Pas tant celle de mes camarades de jeux, souvent aussi imprévisibles que moi. Non, celle de nos adultes en charge de nous prêter attention et nous donner un exemple magistral. J'ai très vite décodé ce monde des "grands". Même si n'avais pas encore les mots, je les sentais.

La société formate. Parfois en grand format avec tout plein d'effets spéciaux qui nous font penser que la vie n'est pas du cinéma mais que notre libre arbitre fonctionne à plein régime. La loi du marché est un marché de dupes. L'embrigadement s'opère en douceur. Progressivement. Insidieusement. Même les antidotes font partie de cette grande entourloupe. "Vous souhaitez vous libérez ? Pensez ceci... pensez cela... achetez ceci... achetez cela... devenez ceci... devenez cela..."

J'ai observé. Je n'ai jamais été déçue. Pas une fois. Ne croyez pas que je sois aigrie. Juste lucide. Mais pas malheureuse. Mon bonheur, je m'en occupe. JE M'EN OCCCUPE. Ces majuscules sont là pour attirer toute votre attention sur un point qui me semble, à moi et pour moi, de la plus haute importance : si "charité bien ordonné commence par soi-même" et bien "bonheur bien construit commence par soi-même". A chacun de partir en quête de sa vérité intérieure, celle qui apporte le bonheur, le vrai, pas celui que la société veut nous vendre pour alimenter le système absurde qui la fait fonctionner.

Allumez vos décodeurs. Retrouvez votre regard d'enfant. Souriez de cette prévisibilité et soyez le créateur et le maître de vos choix d'être et de pensées. Pas facile ? Si ! Cela passe par une véritable prise de conscience. Pas une simple compréhension. Une putain de véritable prise de conscience. Sereine et profonde. Le tri intérieur se fera presque tout seul. Magique !

Ce sera alors à vous d'être votre propre démiurge. "Waouh ! la promotion !!!!"

Et l'art de la fuite ? T'en fais quoi ? C'est pour faire joli ?

La seconde partie du titre de cette note débile stigmatise à quel niveau nous avons porté notre capacité à fuir ce que nous sommes. Un art abouti. Une maîtrise assise sur un monceau de compromis mais surtout de renoncements. Fuir notre essence merveilleuse (pas le gazole ou le 95 sans plomb, hein !), celle de notre Etre. Fuir notre responsabilité de Vie. Fuir ce grand secret trop grand pour notre esprit embrumé. Peur d'être ébloui par la lumière d'une vérité qui nous dépasse.

Je vous fais peur, là ? C'est normal. C'est... prévisible...

J'arrête donc là... pour cette fois. Je sais, je suis gavante parfois. Mais bon, paraît que le foie gras va débouler prochainement. Si on pouvait juste un peu le féminiser en lui ôtant paradoxalement de E, je n'aurai rien contre.

P'tain que je suis prévisible !

2 commentaires:

  1. Trop bien. J'te suis. Mais, bon, c'était prévisible.

    anti

    RépondreSupprimer
  2. @ anti : Convergence, j'te dis. Convergence...

    RépondreSupprimer