mercredi 17 décembre 2008

Monstres & Cie en faillite


Nul doute que vous ne soyez au parfum rance du scandale "Madoff". Pour les martiens qui me lisent, voici un extrait (succint, rassurez-vous !) tiré de Wikipédia :

"Bernard L. Madoff (né le 29 avril 1938 à New York) est un homme d’affaires américain et le président-fondateur d’une des principales sociétés d’investissements de Wall Street : Bernard L. Madoff Investment Securities LLC. Le 12 décembre 2008, Madoff est arrêté et mis en examen par le FBI pour avoir réalisé un montage financier frauduleux, une chaîne de Ponzi, qui pourrait avoir entraîné la perte de 50 milliards USD."

Voyez-vous, j'ai la très nette et désagréable sensation que notre monde dit réel devient mille fois plus caricatural que celui des Guignols de Canal+. Les limites (surtout celles de la connerie !) explosent de partout (pour les moins réveillés, je précise que je ne parle pas de celles du 100m nage libre !). Un feu d'artifice quotidien. Notez que l'utilisation du mot "artifice" est loin d'être anodine.


Que révèle cet éclatement de toutes les limites ? Bah, selon moi, le signe que notre monde est en profonde mutation. Un changement dont on n'a pas idée. Reste donc à savoir quelle gueule, quelle tronche d'avenir, aura l'alien qui sortira de la chrysalide durcie sur laquelle nous nous cognons tous en ce moment.


C'est pas perdu. Encore moins gagné.


Allez, malgré tous nos haut-le-coeur : haut les coeurs camarades !

2 commentaires:

  1. C'est juste pour déconner mais comment veux-tu faire confiance aux banques quand le gouverneur de la Banque de France se nomme .. NOYER (Christian de son prénom) et celui de l'Européenne se nomme, lui .. TRICHET (Jean-Claude).

    Trichet, Noyer, y'a pas à dire, ils n'auraient pas voulu le faire exprès que tout de même, c'est assez clair ..

    Non ?

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement Philippe, vu sous cet angle, ça craint ! Cela me donne même un "bouton" alarmant ! Dois-je aller consulter le PDG de la Société Générale ? Il doit d'ailleurs y avoir un sacré stock de pommade, dans nos agences bancaires...

    RépondreSupprimer